· 

Grégory Ambroisine styliste photo : « Je veux évoluer en tant que directeur artistique »

En quelques années, Grégory Ambroisine a su entre autres, se faire un nom auprès des artistes afro-caribéens. (Photo : Mélanie Bastelica)
En quelques années, Grégory Ambroisine a su entre autres, se faire un nom auprès des artistes afro-caribéens. (Photo : Mélanie Bastelica)

Grégory Ambroisine a fait le choix du cœur. De rencontres en projets, il s'est fait un nom dans le milieu afro-caribéen et au-delà en tant que styliste photo. Rencontre avec un homme pour qui, réaliser un vêtement est la plus belle chose qui soit, et qui avec son œil artistique lui donne une nouvelle vie par l'image. 

Covershoot pour le magazine Amina avec la blogueuse Fatou N’Diaye de Blackbeautybag.
Covershoot pour le magazine Amina avec la blogueuse Fatou N’Diaye de Blackbeautybag.

Très jeune, Gregory Ambroisine n'est pas insensible à l'image. Notamment à celle qu'il voit à la télévision dans l'émission Culture Pub « qui passait très tard le dimanche soir. J'étais captivé par les publicités, l'image, par Vanessa Paradis dans la cage pour le parfum Coco de Chanel, par la publicité Égoïste avec les volets qui claquaient, cette musique omniprésente... C'est comme cela qu'a débuté cette envie d'évoluer dans le milieu de l'image », précise-t-il. Mais très vite, il se heurte au refus de ses parents. Le styliste photo qui aujourd'hui travaille pour le site de e-commerce Showroomprivé entame alors des études de gestion et d'économie internationale et finances à l'université Paris 8. Et se  lance dans l'aventure du blog où il parle mode, art. Contacté par le magazine Fashizblack, il y collabore en tant que rédacteur mode. Les rencontres et les projets s'enchaînent. Et son envie de découvrir ce monde, elle, grandit. « Lors d'un shooting photo pour Ghubar magazine, j'ai commencé à diriger les mannequins, à associer les vêtements et j'ai trouvé cela intéressant. »

 

Changement de cap

D'autres expériences le conforteront dans le choix qu'il est temps de laisser parler son cœur et de faire fi de l'avis de ses parents. En aidant Cyril Cinélu (gagnant de la Star Academy 6) un ami de l'époque à s'habiller, il se rend compte que des personnes sont « payées pour faire les looks, habiller les participants ». Il y a aussi cette rencontre avec le photographe Jannis Tsipoulanis, qui lui donne l'opportunité de faire son premier shooting avec une grosse production. « Il avait loué un espace à Paris, on avait un mannequin d'agence et un coiffeur-maquilleur. Son équipe trouvait mon premier look simple et moi j'étais tellement timide, craintif », se souvient le Martiniquais, qui a longtemps été en quête de légitimité.

Ses études terminées, Grégory Ambroisine travaille en tant que vendeur, responsable boutique puis visual merchandiser pour le Comptoir français de la mode. Toucher du vêtement ne lui suffit plus. Le styliste photo veut le faire vivre par son regard, sa sensibilité, sa folie, ses inspirations qui peuvent découler d'une association de matériaux, de couleurs. « J'avais envie de me dire que j'avais pensé, réalisé telle image. Je rêvassais énormément. J'avais envie de rentrer dans l'image, pas en tant que modèle mais en tant que composante de la réalisation », précise-t-il. Et vient le moment de faire le grand saut, à 28 ans. « À l'approche de la trentaine, on se demande ce que l'on veut faire de sa vie, et j'ai tout plaqué », souligne Grégory Ambroisine. En freelance, il réalise le stylisme d'artistes afro-caribéens et nationaux tels Salif Keita, Kenedy, T and S, Fanny J, le groupe Kassav, travaille avec le coiffeur guadeloupéen Alexis Rosso (NDRL, ambassadeur de la marque Mizani L’Oréal) fait des couvertures de magazines à l'étranger. Il fait ses armes, se perfectionne. Avoir l’œil artistique, être curieux, se remettre en question pour s'adapter aux différents projets et marchés sont autant de qualités nécessaires pour devenir styliste photo, un « métier compliqué et que l'on ne risque pas de retrouver sur le site de Pôle emploi ». Mais pour cet autodidacte, il faut surtout « savoir laisser sa trace tout en respectant l'identité du projet ».

 

Ne rien laisser au hasard

Quand on lui demande s'il se sent aujourd'hui légitime dans la profession, le trentenaire qui continue les collaborations en freelance acquiesce même si « ça m'a pris du temps », dit-il. Le temps d'apprécier son travail et d'être en accord avec ses propositions.

Depuis un an qu'il travaille à Showroomprivé où il a shooté de grandes marques, ce perfectionniste qui veut maîtriser chacun des aspects de son métier a un œil sur tout. De l'éclairage, aux décors, en passant par les directives retouches, il ne laisse rien au hasard. Et avoue préférer le travail du vêtement à celui des bijoux. Un regret peut-être ? Celui de ne pouvoir réaliser ses propres créations. Mais à 35 ans, Grégory Ambroisine préfère regarder le chemin parcouru et se tourner vers l'avenir. « Je ne suis pas au millième du chemin que j'aimerais accomplir », confie-t-il. La direction artistique est l'une de ses prochaines étapes. En attendant, il pense à son île, la Martinique : « Ma culture m’intéresse énormément. Je fais des recherches parce que mon prochain projet, outre celui d'évoluer en tant que directeur artistique concernera mon appartenance, qu'on sache d'où je viens », conclut-il.

Célia LABRY

Shooting éditorial en collaboration avec le photographe de renom Mario Epanya.
Shooting éditorial en collaboration avec le photographe de renom Mario Epanya.
 Shooting éditorial avec l'influenceur et mannequin Grégory Lupin.
Shooting éditorial avec l'influenceur et mannequin Grégory Lupin.
Rendez-vous de la mode magazine. (Photo : Isshogai)
Rendez-vous de la mode magazine. (Photo : Isshogai)
Styling sur la couverture du dernier album du groupe Kassav.( Photo  Xavier Dollin)
Styling sur la couverture du dernier album du groupe Kassav.( Photo Xavier Dollin)

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Grégory Ambroisine (mardi, 02 octobre 2018 10:07)

    Merci pour cet article... qui me raconte ... J'en suis tout ému...
    A très bientôt,

    Grégory

  • #2

    DUBLIN Mehdi (mardi, 02 octobre 2018 10:37)

    Un très bon article qui résume parfaitement la trajectoire et les ambitions de cet artiste talentueux.

  • #3

    twelelokans.com (mardi, 02 octobre 2018 13:00)

    Merci pour ta confiance. A très bientôt.

  • #4

    PINVILLE RELAUTTE Fauvette (mardi, 02 octobre 2018 13:41)

    Pour peu que je le connaisse Gregory est une personne passionnée et ambitieuse qui ne pourra que prospérer par son talent ,bien à lui . Salutations

  • #5

    Miss Natïaa (mardi, 02 octobre 2018 13:55)

    Bravo!